Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #pan-africanisme catégorie

« Tout le monde se plaint du défaut de circulation de l’argent dans le pays. Mais savez-vous ce qui explique cela ?

Pendant longtemps dans ce pays, l’argent a circulé dans des mes mains non indiquées, les mains de ceux qui ne travaillaient vraiment pas et qui recevaient de l’argent distribué gratuitement ou acquis frauduleusement, donnant ainsi le sentiment que tout va bien alors que nous ne produisons pas assez. Par ce jeu, ou ce biais, les règles du marché ont été faussées, car le pouvoir d’achat de ces gens c’est amélioré sur une base illusoire et éphémère.

Plus simplement, l’argent avait pendant longtemps, circulé anormalement dans ce pays. Et maintenant que tout commence par rentrer dans l’ordre normal, un déficit d’analyse de la part des observateurs fait croire que c’est anormal. A l’observation, ceux qui se plaignent appartiennent à deux ou trois catégories :

1- les faux riches ou ceux qui gagnaient l’argent sans travailler vraiment ou sans travailler sérieusement ;

2- les personnes en rapports commerciaux, ou d’affaires ou avec eux ; et dans une moindre mesure,

3- les nostalgiques du système politique distributeur impulsif et automatique d’argent.

Maintenant que les temps ont changé, et que les finances publiques ne dissolvent plus les deniers publiques dans des dépenses privées ou des quasi-dépenses publiques d’agrément, dans le seul but d’en tirer les dix pour cent de gain illicite, les faux riches d’hier, qui truquaient, par leur folles dépenses la fixation du prix, par le libre jeu de l’offre et de la demande, ne sont plus en odeur de sainteté avec l’argent, ou les sources occultes de financement. Cela est normal.

Progressivement, le pays prendra un nouvel envol. La richesse promise à la distribution mais jamais distribuée par l’autre, sera enfin redistribuée. Les salaires payés à des sous diplômés en tant que hauts cadres, ou à des faux diplômés, resteront dans nos caisses. Les fausses promotions cesseront avec leurs incidences sur notre trésor, le mal diminuera ; oui il diminuera, car le mal étant consubstantiel au bien et à la vie, seul le limiter et le réduire serait raisonnablement admis.

Gardons espoir, le Bénin est sur la bonne voix !

Que Dieu bénisse le Bénin !

Vive l’Afrique !

Vive le Bénin !

Vive la nouvelle orientation et ces porte-flambeaux.

Dr Oswald KPENGLA-S., votre serviteur.

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - PAN-AFRICANISME

Béninoises et béninois, chers compatriotes, bonjour !

Ce jour, dimanche 26 Avril 2015, est un jour spécial. Il déterminera sur de longues années, selon le choix que vous opèrerez, la vie de notre pays au plan politique, social et économique.

Sortez massivement et exprimez-vous dans les urnes. Le reste, Dieu s’en charge.

Bon dimanche !

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - PAN-AFRICANISME

« Tous les hommes naissent incontestablement libres, mais la loi du plus fort, le droit
de la guerre, l’ambition, l’amour de la domination, le luxe, ont introduit l’esclavage dans
toutes les parties du monde & chez la plupart des nations ». L’esclavage est « l’état de la
personne qui est en servitude & sous la puissance absolue d’un maître ». La définition de
Guyot contient deux aspects, indissociables de la condition d’esclave.
1. L’esclave, personne et chose
Sa qualité de personne n’est pas niée, mais, juridiquement, l’esclave est la chose de
son maître, dont celui-ci est propriétaire. Cette ambiguïté va à l’encontre des principes
fondamentaux du droit. Ainsi, « tout le droit dont nous usons concerne soit les personnes, soit
les biens, soit les actions », écrit Gaius dans ses Institutes au IIe siècle. La summa divisio du
droit romain entre personnes et choses, très ancienne, est née d’un besoin de théorisation du
droit, apparu à l’époque de Cicéron, sous l’influence de la philosophie grecque. Dans
l’Antiquité, le concept de personne renvoie à deux notions : prosopon et persona. La première
est, ou l’homme dans sa réalité physique, ou une figure abstraite dont il peut être revêtu
(masque et sa symbolique). La seconde désigne l’homme en général ou l’acteur de la vie
juridique, bénéficiant, en fonction de son rôle social, de certains droits.

LIRE LA SUITE EN PIÈCE JOINTE ET RESPECTER LES DROITS DE L'AUTEUR.

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - PAN-AFRICANISME

Des dirigeants, en avons nous jamais eu en Afrique? Mais il y a t-il encore d'humanité dans le cœur de ceux là qui conduisent la destinée des peuples africains?
Le peuple Africain qui pluralisé, avec la balkanisation offerte par nos maîtres, s'entredéchire sous les yeux excités de nos maîtres. Ce peuple affamé ne demande que soutien et attention. Mais les poltrons qui l'éconduisent au lieu de le conduire, n'en ont rien à foutre. Ils n'ont qu'un but se servir et servir leur maître. Et ce peuple asservi, lui-même écervelé, sans doute du fait de la famine qui le martyrise, se laisse toujours faire. Mais en tout, il y a un seuil de tolérance. Un autre temps viendra.
A lire les longues théories sur la souveraineté et ses formes, on pourrait croire que nos États ont de la souveraineté, et donc, ont du sens pour sauver le sang des sans force versé sans cesse à flot ici et là dans notre chère Afrique. Mais sur la scène internationale, il y a la théorie (juridique) pure, qui n'est que chimère, et la pratique, produit d'un rapport herculéen de force, dans lequel les faibles États d'Afrique après colonisation n'ont que la place d'observateurs myopes. Mais est-ce la fin? Non, car le peuple Africain épris de paix, approche ici et là, le seuil de tolérance. Moi j'ai fait un rêve, rêve plein d'espoir...
L'opium de l'argent monte la tête à nos rois de "dirigeants" qui croient que l'argent et le pouvoir donnent l'immortalité.
Ils ont lu la chute d'Hitler, sans en tirer des leçons. Ils ont vécu la déchéance de Kadhafi sans en tirer la sagesse; et voyant venir la fin du règne de Compaoré, ils n'ont pas su lui dire halte. Ces gens là, ils sont de la vermine. Des vrais cons sacralisés pas l'ignorance d'un peuple sot.

Réveillez-vous chers Africains!
Que peut-on attendre, si ce n'est que cet insipide spectacle d'esclave que ces dirigeants dirigés hexagonalement, pentagonalement... nous offrent? Si nos élections sont financées d'ailleurs, si ces groupes folkloriques appelés, ici, partis politiques sont financés de l'extérieur, ou par des commerçants vomis par l'éthique, que peut-on attendre de notre classe politique.
L'Afrique va mal. Et sur vous, sur nous je compte , pour notre éveil.
La cause est noble, et l'enjeu vertueux, et pour moi ne pas réagir à cet appel, à ce cri du coeur, lancé par mon collègue sur sa page facebook serait un crime. Moi, je ne suis rien; ni par mon langage, encore moins par mon savoir. Je me veux juste chantre d'une AFRIQUE NOUVELLE. Prof ADAMOU M., l'AFRIQUE NOUVELLE te saura gré de tout ce que tu fais pour elle.

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - PAN-AFRICANISME

LA SOUVERAINETE DE L’ÉTAT (2)

Le Franc CFA mis en circulation par la France pour contrôler et dominer ses colonies, continue d’être utilisé par une grande partie des pays, devenus ‘’souverains’’, par la valse des indépendances qui avait fait trémousser plusieurs peuples épris de liberté pure, non obtenue hélas. Après cinquante années d’anniversaires pompeusement fêtés ici et là, les pays de la ‘’zone franc’’, comme ils ont convenu de les appeler, continuent de traîner leur bosse avec le Franc CFA qui, par l’intermédiaire du Trésor français et de la Banque de France, était hier lié au franc français, et aujourd’hui à l’Euro. C’est paradoxal ; ces indépendances que nous fêtons à coût de milliards battus par la France qui nous tient toujours en laisse.

Rappelons au passage la définition du CFA et son origine. Au départ, ce fut COLONIES FRANÇAISES d’AFRIQUE. L’expression est sans commentaire, les colonies devraient être contrôlées et dominées. Le Franc CFA a été en effet créé le 25 décembre 1945 par la France sur la base de l'article 3 du décret n° 45-0136, publié au Journal Officiel de la République Française du 26 décembre 1945. Ledit décret a été signé par Charles de Gaulle en sa qualité de Président du Gouvernement Provisoire. Quand furent obtenues les indépendances théoriques, non point conquises et arrachées, mais proposées et données par la France qui ne voulait pas lâcher la laisse, nos dirigeants n’ont pas réussi à se libérer du CFA. C’est ainsi que le sigle CFA devint, en 1960, COMMUNAUTE FINANCIERE AFRICAINE. Au lieu de réfléchir à une monnaie, ils se sont limités à réfléchir à des mots qui correspondraient au même sigle (CFA) ; ce fut l’ordre du maître colon. Notre destin fût derechef scellé.

La coopération monétaire entre la France et les pays africains de la Zone franc est régie par quatre principes fondamentaux : garantie de convertibilité illimitée apportée par le Trésor français, fixité des parités, libre transférabilité et centralisation des réserves de change. En contrepartie de la garantie du Trésor français, les trois banques centrales sont tenues de déposer une partie de leurs réserves de change sur un compte dit « d'opérations », ouvert dans les livres du Trésor.

- Le fonctionnement du compte d'opérations a été formalisé par des conventions de 1974 signées entre les autorités françaises et les représentants des banques centrales de la Zone franc. Ils fonctionnent comme des comptes à vue ouverts auprès du Trésor français et sont rémunérés.

Saviez-vous cela du franc cfa, ces petits billets que vous manipulez avec joie ?

Avez-vous compris maintenant que ces billets qui nous grisent sont fabriqués en France et par la France?

Avez-vous compris que les fonctions de la banque centrale que nous enseignons à nos apprenants ne sont que du leurre ?

En avez-vous déduit que nous n’avons pas de banque centrale ?

Alors dites-donc, sommes-nous souverain ?

NB. Accord de coopération entre la République Française et les Républiques membres de l'Union monétaire ouest africaine Dakar, le 4 décembre 1973 à consulter ici : (https://www.banque-france.fr/eurosysteme-et-international/zone-franc/presentation-de-la-zone-franc/textes-relatifs-de-la-zone-franc/textes-relatifs-a-la-zone-uemoa/accord-de-cooperation-entre-la-republique-francaise-et-les-republiques-membres-de-lunion-monetaire-ouest-africaine.html)

Merci à vous qui lisez et osez la critique et les commentaires. L’AFRIQUE NOUVELLE vous le vaudra.

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - PAN-AFRICANISME

1 2 3 > >>

CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

"ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES"

Articles récents

Hébergé par Overblog