Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #divers catégorie

Bonjour Mesdames et Messieurs mes chers abonnés !

 

C'est avec une joie ineffable que je me permets à nouveau de vous écrire. Je le fais pour combler mon désir de vous remercier, pour votre présence sur ce site, que vous honorez par votre assiduité.

Un coucou spécial à tous les nouveaux venus.

Que Dieu vous comble de bonheur, au-delà de vos attentes, et qu'il fasse régner autour de vous l'amour !

 

Cordialement, Oswald

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - DIVERS

Bonjour à tous !

Voici déjà quelques jours, que des  événements spéciaux ont défrayé la chronique au sujet d’une affaire qui a fini par se solder par une relaxe pour insuffisance de preuves et au bénéfice du doute.

De nombreux commentaires ont été faits ; des plus simples aux plus complexes, des plus neutres aux plus partisans.

Et, aujourd’hui tout s’est bien dénoué.

Après avoir analysé au triple plan juridique, politico-économique et social la question, j’ai eu une attente sincère, malheureusement déçue.

Je m’attendais, à ce que l’on analyse objectivement la position impartiale et neutre du Président de la République et de son gouvernement, pendant ces temps de tumulte, mais je suis resté sur ma faim. En effet, après la valse des supputations, des élucubrations et des mises à l’index ouvertes ou cachées, personne, en tout cas, à ma connaissance n’a analysé objectivement l’attitude du Président de la République et de son équipe.

C’est à croire que le peuple Béninois n’est prêt que pour les critiques orientées, au lieu de porter de vrais jugements de valeur.

C’est à croire que le bien, au Bénin, ne mérite aucune attention. Puisque personne n’a commenté ce silence louable du Président et des siens. Pour cela, je trouve la raison de donner mon opinion, à nouveau scientifique sur la question.

Après toute cette pluie de critiques et de commentaires, de controverses et de positionnements, une observation s’impose que je n’ai pas vu venir et que je propose.

 

Chers amis lecteurs,

Quand on sait le Bénin dont a hérité Le Président Talon, il y a sept mois exactement aujourd’hui,

Quand on se souvient des grands scandales qui ont émaillé la gestion du précédent gouvernement,

Et quand on se remémore l’attitude de l’ex-président et de ses ministres,

Quand on se souvient du tigre qui promets de bondir,

Quand on a des souvenirs des réponses improvisées et incontrôlées des uns et des autres, à toutes les critiques, mêmes à celles des vendeuses à la crié,

Quand on se souvient bien que les choix des gouvernants d’alors étaient mus par le mouvement des foules dans les rues,

Lorsqu’on se rappelle la grand cacophonie gouvernementale à laquelle donnait lieu le désir de répondre aux menues provocations de ménagères,

Enfin quand on a lu les nombreux commentaires sur l’affaire AJAVON,

 

Une lecture de la position du Président Patrice TALON et de son équipe s’impose et tout silence sur la question serait coupable.

On peut d’emblée lire et dire que le Bénin a enfin, un bon père de famille, un bonus pater familias, dans tous les sens du terme.

Tout ce temps, le Président est resté calme et préoccupé par les grands dossiers de la nation. L’équipe autour de lui est restée à l’image du chef, affairée à la gestion du plus urgent. Et chacun a joué son rôle.

On sent une nette et totale démarcation avec son prédécesseur, qui répondait à tout et dont les ministres, individuellement répondaient à tout, engendrant ainsi, une drôle de cacophonie indigeste. Même des individus sans mandat s’évertuaient à répondre sans mandat au nom et pour le compte du président chaque fois qu’on titille ce chef ou son gouvernement..

Avec Le Président Talon, il faut constater la différence foudroyante.

On note, le calme, la sagesse, la circonspection et la sagacité. Le désir de construire annoncé, se concrétise. Les fleurs résistent aux intempéries et produiront les fruits attendus.

Par ce calme, en dépit des analyses et commentaires provocatrices, Le Président TALON vient de montrer au monde, qu’il est possible de diriger le Bénin en regardant tous les citoyens de la même façon ; en ne prenant partie pour personne donc.

Il a montré son grand respect pour les valeurs humaines et démocratiques. Il a su par son calme et sa neutralité montrer son grand sens du respect de la séparation des pouvoirs et donc de la Constitution. Faut-il mieux pour être qualifié « Homme de Paix » ?

Telle une fourmi, il conduit son équipe vers l’épanouissement du Bénin, le Bénin de nos rêves. Les comptes rendus des derniers conseils des ministres révèlent, qu’en dépit de tout, la République continue de fonctionner sans heurt et sans discontinuité.

Ce bâtisseur panafricaniste vient de marquer positivement l’histoire de la démocratie béninoise, et ne pas le dire, après tout ce qui s’est passé, serait un déni de vérité.

Telle est mon opinion, et vos critiques sont bienvenues.

 

Vive le Président !

Vive la Démocratie !

Vive le BENIN !

 

Ami lecteur, si tu es de mon avis, partage ce texte avec tous ceux qui t’entourent, moi y compris.

 

Dr Oswald KPENGLA-S.

 

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - DIVERS

Il est 22H43

Et ce n'est que maintenant que j'ai vraiment repris le contrôle de mon site internet.

J'ai manqué le rendez-vous d'hier à cause de difficultés techniques enfin surmontées.

Aujourd'hui est un autre jour.

Privé de mon site, mon coeur était rempli de tristesse. Et ceux qui sont privés de liberté, comment seront-ils?

 

Que la sagesse nous gouverne et que Dieu nous assiste !

 

Amen

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - DIVERS

Bonjour chers amis lecteurs !

Par la présente, je vous réitère ma joie de vous voir inscrits sur mon modeste site.

Je souhaite la bienvenue renouvelée aux nouveaux inscrits.

En guise de remerciement, j'aurai le plaisir de vous inviter à une séance de communication que j'anime sur le développement personnel durable.

Vous serez informés plus tard du lieu, de l'heure et de l'ordre du jour.

Que Dieu vous bénisse !

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - DIVERS

RÉFLEXION SUR LA JOURNÉE DE LA FEMME

Je ne suis pas femme, c’est pourquoi j’aime les femmes !

Je suis engendré par une femme, c’est pourquoi je respecte les femmes !

Je suis un être humain, c’est pourquoi les femmes et les hommes sont égaux.

Hier 8 mars, le monde célébrait la journée internationale de la femme. Chaque année, les observateurs s'arrachent les cheveux sur la dénomination de ce jour : faut-il parler des femmes ? De la femme ? De leurs droits ?

Comment se tirer de ce pétrin sémantique ? S'il existe une telle foire lexicale autour de ce jour, c'est aussi en raison de l'absence d'acte de naissance clair. Encore aujourd'hui, les historiens s'écharpent sur la genèse de cette journée. Pour cela, je voudrais vous proposer un pash work, en guise de compte rendu de lecture pour que chacun s’en fasse une bonne opinion.

Selon Wikipédia, une première Journée nationale de la femme (« National Woman's Day ») a lieu le 28 février 1909 à l'appel du Parti socialiste d'Amérique. Cette journée est ensuite célébrée le dernier dimanche de février jusqu'en 1913.

En 1910 à Copenhague, l'Internationale socialiste adopte l'idée d'une « Journée internationale des femmes » sur une proposition de Clara Zetkin (Parti social-démocrate d'Allemagne) et Alexandra Kollontaï (menchevik du Parti ouvrier social-démocrate de Russie, future Commissaire du Peuple), sans qu'une date ne soit avancée. Cette journée est approuvée à l'unanimité d'une conférence réunissant cent femmes socialistes en provenance de 17 pays. Clara Zetkin aurait souhaité par cette journée contrecarrer l'influence des « féministes de la bourgeoisie » sur les femmes du peuple.

La première Journée internationale des femmes est célébrée l'année suivante, le 19 mars 1911 pour revendiquer le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. En Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, plus d'un million de personnes participent aux rassemblements.

Le 25 mars de la même année, un incendie dans un atelier textile de Triangle Shirtwaist à New York tue 140 ouvrières, dont une majorité d'immigrantes italiennes et juives d'Europe de l'Est, enfermées à l'intérieur de l'usine. Cette tragédie, liée à l'exploitation des femmes ouvrières, a un fort retentissement et est commémorée par la suite lors des Journées internationales des femmes qui font alors le lien entre lutte des femmes et mouvement ouvrier.

Aujourd'hui, les historiens s'écharpent sur la genèse de cette journée. En 1913 et 1914, dans le cadre du mouvement pacifiste de la veille de la Première Guerre mondiale, des femmes d'Europe organisent fin février ou début mars des rassemblements contre la guerre. En 1914, c'est le 8 mars qui est retenu.

En 1917, en Russie, alors que deux millions de soldats sont morts pendant la guerre, des femmes choisissent le dernier dimanche de février pour faire grève et réclamer « du pain et la paix ». Ce dimanche historique tombe le 23 février dans le calendrier julien alors en vigueur en Russie et le 8 mars dans le calendrier grégorien : c'est le début de la Révolution russe. Quatre jours plus tard, le tsar abdique et le gouvernement provisoire accorde le droit de vote aux femmes.

C'est en souvenir de cette première manifestation de la Révolution que, le 8 mars 1921, Lénine aurait décrété la journée « Journée internationale des femmes » (« Международный женский день »). Il n'est en fait pas certain que Lénine y soit pour quelque chose, ce serait plutôt la proposition d'une « camarade bulgare » de l'Internationale communiste. Par la suite, la journée est célébrée dans tout le bloc de l'Est.

En 1946, les pays de l'Est qui viennent de passer sous la coupe soviétique célèbrent la journée des droits des femmes. La « greffe » de cette commémoration russe passe souvent par la propagande. La radio tchécoslovaque décrit alors, avec emphase, pour les citoyens tchécoslovaques, à quoi ressemble la journée des droits des femmes à Moscou: « des avions apportent quotidiennement du mimosa, des violettes et des roses du Caucase et de Crimée […]. Les usines ont réservé des théâtres entiers uniquement pour leurs ouvrières. Les femmes sont des millions et des millions d’hommes, de pères, d’amants et de collègues de travail les couvrent de fleurs - littéralement - parce que la femme socialiste célèbre aujourd’hui sa fête, la fête de son émancipation. »

Voilà brièvement le point sur la question.

Pour plus d’informations, téléchargez et lisez les pièces jointes.

Vive l'émancipation de la femme Africaine !

Voir les commentaires

Published by Dr Oswald KPENGLA-S - DIVERS

CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

CLINIQUE JURIDIQUE et MANAGERIALE "LM" ( Dr. Oswald KPENGLA-S. )

"ECHANGES PLURIDISCIPLINAIRES"

Articles récents

Hébergé par Overblog